LE forum

forum de discution autour de l'esoterisme
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Gens du Mensonge - 2 - suite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Offélie
Nénette de la Rentrée des Classes
Nénette de la Rentrée des Classes
avatar

Messages : 7895
Points : 8482
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 58
Localisation : Paris

MessageSujet: Les Gens du Mensonge - 2 - suite   Mar 22 Oct - 14:08

Le cas de Bobby et de ses parents


C’est à la suite d’un accident, qu’il a lui-même causé, avec une voiture volée que Bobby, 15 ans, est arrivé en Hôpital psychiatrique. On l’a trouvé particulièrement déprimé, en tout cas suffisamment pour être interné pour dépression.

La raison en est simple. Ses parents lui ont offert à Noël une carabine. Mais par n’importe laquelle ! Celle avec laquelle son frère aîné s’était suicidé six mois auparavant et qu’ils lui avaient précédemment offert.

Pour Bobby, qui avait demandé, pour Noël, une raquette de tennis, le message est bien passé !!! Il fut clair comme de l’eau de roche !!!

Heureusement, son inconscient doté d’un bon instinct de survie, l’a poussé à un appel au secours, en se livrant à un acte répréhensible vis-à-vis de la Loi, donc une autorité encore plus importante que celles de ses parents.

Je crois que dans certaines situations, les enfants, les jeunes, ne considèrent plus leurs parents comme des Dieux et bien au contraire. Ils ne se voilent plus la face et constatent froidement leur incompétence et leur dangerosité. Quand un enfant se sent en danger avec ses parents, en cas de coup dur, il n’hésite pas à aller voir la police malgré la peur du gendarme.

Scott Peck décrit Bobby ainsi : « Il n’y avait pas de vie dans son regard, ni sur ses lèvres. C’était un visage semblable à ceux que j’avais vu dans des films sur les survivants de camps de concentration. Le visage de celui qui a perdu famille et maison dans un désastre naturel : hébété, apathique, désespéré. »

study  71 

_________________
Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Offélie
Nénette de la Rentrée des Classes
Nénette de la Rentrée des Classes
avatar

Messages : 7895
Points : 8482
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 58
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Les Gens du Mensonge - 2 - suite   Mar 22 Oct - 20:31

Les parents, ordinaires (mais orgueilleux, quand même), se décrivent comme des gros travailleurs. Ils fréquentent l’Eglise Luthérienne tous les dimanches. Ils ne comprennent pas ce qu’il leur arrive.

Stuart, leur aîné était, d’après eux, un garçon équilibré et tout le monde l’aimait. Il ne semblait pas déprimé avant son suicide. Et bien au contraire, il était comme d’habitude.

Lorsque Scott Peck les informe qu’il existe de grands risques de « contagion » pour le reste de la fratrie en cas de suicide d’un enfant, la mère gémit. Elle demande si Bobby pourrait se faire du mal.

Alors que Scott Peck qui a fait une description détaillée de l’apparence de Bobby (« Il n’y avait pas de vie dans son regard, ni sur ses lèvres. C’était un visage semblable à ceux que j’avais vu dans des films sur les survivants de camps de concentration. Le visage de celui qui a perdu famille et maison dans un désastre naturel : hébété, apathique, désespéré. »), lorsqu’il demande à la mère « vous n’aviez pas pensé que Bobby était en danger ? » c’est le père qui répond « non ! »…

Ensuite, le père continue en disant qu’ils ne savaient pas, qu’on ne leur avait parlé que de conseils. Pendant ce temps, la mère a repris du poil de la bête et passe à l’offensive en disant que ça n’est pas facile de trouver des conseillers…

Scott Peck aborde alors le choix du cadeau de Noël. Sur le pied de guerre, le père répond « comment saurais-je ce qu’il avait demandé ». Puis, il fait le plaintif…

A sa réflexion : « vous ne saviez pas que Stuart était déprimé… mais vous saviez que Bobby était déprimé. Vous le saviez bien avant Noël, bien avant de lui donner le fusil », la mère répond « nous ne savions pas que c’était si grave ».

Petit rappel à nouveau : « Il n’y avait pas de vie dans son regard, ni sur ses lèvres. C’était un visage semblable à ceux que j’avais vu dans des films sur les survivants de camps de concentration. Le visage de celui qui a perdu famille et maison dans un désastre naturel : hébété, apathique, désespéré. ».

Que dire de tout ça ? Que ça relève de la connerie ???? Cela serait trop simple !!!

En dehors de ça, tout le long de son récit, Scott Peck nous a fait aussi une petite révision de « La Prophétie des Andes ». Les parents de Bobby ont joué sur le répertoire de la guerre des énergies : tantôt plaintifs, tantôt les indifférents ou intimidateurs. En tout cas Scott Peck finit l’entrevue en disant « je me sentais très fatigué »…

study      :110:    

_________________
Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Marla
Nénette
avatar

Messages : 1558
Points : 1612
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 39
Localisation : Conflans Sainte Honorine

MessageSujet: Re: Les Gens du Mensonge - 2 - suite   Dim 27 Oct - 22:48

C'est terrible d'être comme ça!

Ce qui me rend dingue c'est qu'ils n'ont aucun sentiment de culpabilité vis à vis de Bobby. Il vient de perdre son frère et ils n'imaginent pas une seule seconde ce qu'il pourrait penser, comment il vivait cela dans sa tête?
Quand même, n'importe quel parent voit si son enfant va bien ou pas; surtout dans l'état que décrit Scott Peck, il est clair que Bobby était dépité, donc vraiment pas bien, comment peut-on être aussi aveugles?

Ces gens là sont pourris de l'intérieur oui! En plus ils se positionnent comme des victimes, juste parce qu'ils sont incapables de reconnaitre qu'ils ne sont pas de bons parents, en tous cas ils ne sont pas normaux selon moi!

Et d'ailleurs il le dit, ce sont eux qui doivent faire une thérapie, ce sont eux les malades!

Ils n'ont même pas un grain d'amour pour cet enfant, dès que Scott Peck leur parle du cadeau, ils sont presque interloqués que cela soit un problème?

Ils ne veulent pas reconnaitre leurs responsabilités et leurs petites personnes sont plus importantes que la santé de leur enfant!

Ah non pour moi ça n'est pas de la bêtise c'est de méchanceté pure et dure.
Revenir en haut Aller en bas
Offélie
Nénette de la Rentrée des Classes
Nénette de la Rentrée des Classes
avatar

Messages : 7895
Points : 8482
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 58
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Les Gens du Mensonge - 2 - suite   Mar 29 Oct - 13:58

Lorsqu’une personne de son entourage proche fait une tentative de suicide, la première réflexion se porte sur soi-même : est-ce que j’ai tout fait pour l’en empêcher ? Ou bien : mais comment je n’ai pas pu voir qu’il allait si mal ? Etc.

Je suis passée par là avec une amie puis ensuite ma sœur. A chaque fois, j’ai eu un sentiment de profonde incompréhension. Qu’est-ce qu’il a bien pu avoir de plus que d’habitude. Elles étaient passées par tellement d’épreuves !!! Pourquoi, je n’avais pas vu qu’elles étaient encore plus au bout du rouleau ? Quels avaient été les signes avant coureurs que je n’avais pas décryptés ?

Scott Peck confirme ! Les « êtres normaux doués d’une conscience normale » chercheraient où ils ont fait fausse route. Et c’est ce qu’a fait Bobby. Il a pensé qu’il avait une part de responsabilités. Ses parents auraient du lui parler du suicide de son frère et lui expliquer qu’eux-mêmes n’avaient pas réalisé que Stuart était suicidaire.

Bobby a donc considéré ce manque d’attention comme la confirmation de sa culpabilité. Alors, quand il reçut, en cadeau de Noël, l’arme de son frère, celle avec laquelle il s’était suicidé, il a interprété ce geste comme : « prend ce fusil et fais comme ton frère. Tu mérites de mourir ».

A ce moment là, Bobby, encore sous la coupe de ses parents, n’avait pas le réflexe de se dire que ses parents étaient juste des monstres !

Scott Peck  imagine le dialogue intérieur que Bobby aurait du avoir. Cependant, Il est bon prince, quand même. Jugez par vous-même : « mes parents m’ont donné le fusil à cause d’un mélange de paresse, d’irréflexion et de mesquinerie. Donc, ils ne m’aiment pas beaucoup ; et après ? ».

Mais Bobby, tout comme Stuart, devait vivre « à côté » de ses parents et non « avec » eux. Sans véritable vie de famille, Il n’avait pas lieu de faire sa crise d’adolescence. Peut-être que par la suite, il y aurait eu le « conflit » des générations. Mais, à cette période de sa vie, Bobby n’avait pas encore regardé ses parents « de l’extérieur ». Il n’était donc pas apte à porter un jugement objectif sur eux.


_________________
Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Gens du Mensonge - 2 - suite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Gens du Mensonge - 2 - suite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les gens du Mensonge
» Les Gens du Mensonge - Scott Peck
» Les Gens du Mensonge - 2
» Les Gens du Mensonge - 1
» Les Gens du Mensonge - 2 - suite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE forum :: Les gens du mensonge-
Sauter vers: